expositions

//open lab 1# ... du 22 au 31 août


// 3° avant la Merzitude ... du 9 au 16 sept


// investigation 1# ... du 7 au 11 nov


// investigation 2# ... du 4 au 28 janv


// territoire ... du 3 au 10 mars


// insulaire ... du 14 au 21 avril


//investigation 3# ... du 12 au 19 mai

//open lab 1# ... du 22 au 31 août


C'est un peu notre présentation de saison, alors que les institutions ont fermé leurs portes pour les vacances, nous ouvrons les nôtres en vous proposant cette première rencontres avec le groupe de recherche du L-I-A et leurs travaux en cours. Vous pourrez à l'occasion en savoir plus sur les évènements à venir, les workshops, les conférences et bien sur les expositions. Le tout dans la fraîcheur de l'étrange atelier, autour d'un verre, d'une ambiance chaleureuse et conviviale.

Comme nous aimons privilégier la qualité de la rencontre, le L-I-A sera ouvert au public durant 10 jours.

// exposition «3° avant la Merzitude» 

    du 9 au 16 sept

exposition de Nicolas Boulet


Nicolas Boulet devenu cette année résident permanent de l'étrange atelier nous offre en guise de présentation une exposition dans laquelle il désire nous faire vivre "un espace de voyage, sans faire disparaître l'espace dans lequel il est construit." Cet artiste plasticien ancré dans une démarche définitivement contemporaine se réfère à G Bachelard qui nous dit : « L'imagination ne se trompe jamais, puisque l'imagination n'a pas à confronter une image avec une réalité objective. »

Avec "3° avant la Merzitude" Nicolas Boulet nous invite dans un monde où il tente de mettre en corrélation le réel et l'imaginaire.

Vernissage le 9 sept 19h00

Exposition du 9 au 16 sept 13H30-17h30



// investigation 1# ... du 7 au 11 nov

exposition d' Hélène Monjo


C'est une forme d'exposition /rencontre dans laquelle vous pourrez découvrir les travaux de recherches des artistes chercheurs qui durant une résidence de longue durée de plusieurs mois ont pu élaborer et constituer une œuvre que nous vous proposons tout au long de notre programmation.


Le laboratoire ouvre ses portes sur le travail d'Hélène Monjo dont la recherche vient questionner l'idée de frontière, géographique, psychologique, culturelle...                                                                      La frontière est-elle imaginaire? Qui les détermine ? Nous protègent-elles vraiment ? Autant de questionnements qui jonchent le parcours de cette artiste plasticienne, dont le travail sur la paréidolie nous questionne sur nos perception. De la frontière de ce qui est et de ce que l'on voit, Hélène Monjo tente de cartographier nos imaginaires et nous propose dans l'espace et le temps de l'étrange atelier, d'éventuellement, nous perdre entre les lignes.

.

Devernissage le 11 nov 18h30

Exposition du 7 au 11 nov 14H00-18h30

L'étrange atelier présente son Laboratoire d'Investigation Artistique 2022/2023.

Un programme de recherches transversales dans lequel 7 plasticien(ne)s ont pour mission d'élaborer une œuvre pluridisciplinaire et interconnectée à l'ensemble des recherches menées dans ce tiers lieux qu'est l'étrange atelier. Des arts plastiques aux arts sonores, des arts numériques aux techniques anciennes d'impression, de la photographie à l'art immersif , tous les moyens sont bons pour parvenir au renforcement du lien entre art et science. Car c'est là l'objectif du L-I-A, de participer comme nos pairs l'ont fait depuis des siècles à la réunification de ces deux mondes. En effet, nous pouvons observer cette séparation entre le XIX et le début du XXème siècle, même si dans les faits, ces disciplines restent extrêmement connectées. Cependant leurs apprentissages sont depuis désunis. Fort heureusement, la création contemporaine n'en a que faire et il est possible de découvrir les travaux de nombreux artistes et scientifiques travaillant main dans la main, faisant fusionner mathématique et musique, génétique et plasticité, astronomie et art visuel, philosophie et concept artistique, chimie et sculpture, histoire et musique ou encore géographie et art pictural. Toutes les combinaisons sont possibles et c'est pour cela que les artistes chercheurs et chercheuse du L-I-A vont mener leurs expérimentations afin de vous proposer lors de cette année les résultats de leurs travaux respectifs et collectifs.

// investigation 2# ... du 23 au 28 janv

exposition de Yann Le Borgne

C'est au tour de Yann Le Borgne, résident permanent de l'étrange atelier, de vous proposer le résultat de sa recherche. Suite à une résidence dont le début est aussi flou que la fin, cet artiste pluridisciplinaire évoluant la plupart du temps dans les murs de l'étrange atelier, a su depuis plusieurs années mettre à profit l'espace pour y expérimenter autour des techniques d'impressions et autres techniques en lien avec les arts plastiques et visuels. C'est dans cette continuité qu'il s'inscrit en poussant sa recherche encore un peu plus loin. Yann Le Borgne aime apporter un soin tout particulier au geste et chaque étape des processus qu'il utilise semble venir s'opposer aux possibilités que la technologie nous offre, qu'en est-il en réalité? C'est ce qu'on vous propose de découvrir.

.

Devernissage le 28 janv 18h30

Exposition du 23 au 28 janv 14H00-18h30

Pour cette première année d'ouverture du L-I-A, nous voulions permettre à des artistes de notre territoire de participer à notre dynamique de recherche tout en leur offrant la possibilité le temps d'une résidence d'un mois, d'expérimenter autour de leurs sujets, des techniques et de rencontrer le public de l'étrange atelier.

C'est donc deux résidences que l'on propose, l'une s'appelle "Territoire", l'autre "Insulaire" 

 // territoire ... du 3 au 10 mars

exposition de Yann Castlan


Yann Castlan, artiste plasticien insulaire, pour lequel la notion de territoire semble parfaitement s'accorder. Il travaille avec la matière éphémère de l'information, dont il récupère les matrices pour en faire son matériau. Une information dans laquelle la Corse tient la première place. Car il s'agit bien là du territoire sur lequel pousse une culture complexe et ancestrale qui finalement transparaît dans la plasticité métallique de l'œuvre de Yann Castlan. Bien qu'ancré profondément dans son territoire, les messages alors digérés par le geste plastique prennent une forme plus universelle, permettant à chacun, de dresser un plan dans lequel il peut trouver ses repères et déterminer où commence son propre territoire.

// insulaire ... du 14 au 21 avril

exposition d' Ashram (Yannick Stara)


C'est au tour d' Ashram d'investir l'espace et le temps de l'étrange atelier, cet artiste, poète, graphiste et universitaire signe une œuvre complexe faisant appel à la puissance des technologies, tout en ayant un enracinement profond dans la culture Corse et l'amour du geste. Artisan de sa pensée, il construit ses images avec un souci du détail qui ne peut nous parvenir au premier coup d'œil. C'est un regard neuf et attentif qu'il nous faut acquérir pour pouvoir entamer le voyage, un voyage peuplé de figures mystiques, de mythologies oubliées et de jeux permettant à notre perception de se réinventer continuellement. Ashram est un explorateur de mondes dans lesquels rien n'apparaît sans l'expérimentation, du mot en corse à l'image sans limitation de pensée, ses mondes ne nous laissent nul autre choix que de plonger armé de nos ressentis dans l'univers tout entier.

// investigation 3# ... du 12 au 19 mai

exposition d' Orso


Pour ce dernier rendu de recherche, l'artiste résident permanent de l'étrange atelier Orso dont la spécificité nous échappe, continue de brouiller les pistes en nous livrant une œuvre aux contours indéfinissable. Afin de poser une énième question sans réponse, Orso s'allie à la technologie et aux possibilités qu'elle offre, dans l'idée de nous proposer une œuvre globale avec laquelle il sera possible d'interagir. Par ce dispositif, l'artiste espère pouvoir observer à la manière scientifique, les limites de notre relation avec cette technologie.

Durant plusieurs années, il semblait vouloir nous parler du vivant. Selon lui, il a perdu la visibilité positive lui permettant d'imaginer que son propos puisse parvenir à sensibiliser efficacement quant au problème environnemental. C'est donc dans une logique désespérée qu'Orso décide de poser la question suivante : La technologie peut-elle nous sauver?